Le point sur les inondations au Laos

Le mois d’août a été marqué par des cyclones tropicaux dans la région d’Asie du Sud Est. Les tempêtes Mulan et Ma-on ont touché le nord du Laos et les Philippines, entraînant inondations et glissements de terrain. Ces évènements ont provoqué des dégâts et ont parfois impacté la rentrée scolaire.

Les pluies diluviennes provoquées par la tempête Mulan ont d’abord touché les 8 et 9 août le nord et le centre du Laos dont la région de Luang Prabang et la capitale Vientiane, provoquant une élévation du niveau du Mékong en aval. Ces inondations seraient causées également par des facteurs humains. En effet, de nombreux barrages ont été construits au Laos et en Chine ces dernières années. Le barrage de Xayaburi, un des premiers grands barrages hydroélectriques du Laos censé réguler le niveau du Mékong, a été englouti par ces fortes pluies entre le 11 et le 14 août, aggravant l’inondation des routes et les coupures en eau et électricité. Des tensions prennent racine depuis plus de 10 ans autour de ce barrage qui fait l’objet de plaintes des villageois de huit provinces situées le long du fleuve.

Cette région n’a pas été la seule à être fortement frappée par les inondations. Fin août, la tempête tropicale Ma-on a détruit près de 90% des terres agricoles dans la province d’Oudomxay au Laos, une province dans laquelle Enfants d’Asie intervient depuis de nombreuses années. Cette tempête a causé la mort de 2 personnes et a laissé dans la précarité plus de 2300 personnes souffrant d’un manque d’eau, de nourriture, de vêtements et d’abris. Les inondations et glissements de terrain au Laos provoqués par la tempête ont rendu impraticables des ponts et des routes, coupé les systèmes de communication, d’électricité et d’eau et endommagé 270 hectares de terres agricoles. La rentrée scolaire qui venait d’avoir lieu a été suspendue dans certaines écoles de la province. Notre équipe au Laos effectue actuellement des missions de distribution auprès de nos écoles partenaires.

Ces tempêtes ne font pas figure d’exception au vu du climat tropical de ce pays. Néanmoins, elles s’inscrivent dans un cycle qui risque de s’intensifier dans les prochaines années et de toucher davantage cette région du monde. Le nombre de réfugiés climatiques en Asie Pacifique s’élève à 225 millions de personnes au cours des 10 dernières années dont 113,6 millions sont dus aux inondations. Elles deviennent ainsi la deuxième cause des déplacements de population. Ces récents phénomènes climatiques ne sont pas sans rappeler les pluies diluviennes et inondations au Laos en 2020 et qui sont considérées comme les plus graves depuis 42 ans.

D’un point de vue économique, les pertes s’élèveraient à 780 milliards de dollars en 2021 pour la région d’Asie, ce qui représente 2,5 % du PIB régional. Ces pertes économiques s’aggraveront sans aucun doute, ce qui rend d’autant plus urgent la prise en compte du changement climatique dans les futures actions d’Enfants d’Asie, les populations défavorisées étant les plus vulnérables aux catastrophes naturelles.

Si Enfants d’Asie peut remplir ses missions d’accompagnement des enfants défavorisés en Asie du Sud-Est, c’est grâce au soutien de ses généreux donateurs et parrains. Vous souhaitez participer ? Vous pouvez faire un don directement sur notre site !

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail tous les deux mois ? Inscrivez-vous à notre Newsletter !