Enfants d’Asie s’engage pour l’égalité entre les filles et les garçons

L’association Enfants d’Asie lutte au quotidien depuis plus de 30 ans pour le respect des droits des enfants en Asie du Sud-Est.  Pour faire en sorte que tous les enfants puissent développer leur potentiel, deux droits fondamentaux tiennent particulièrement à cœur à l’association, l’égalité entre les filles et les garçons et le droit à l’éducation, deux défis qu’Enfants d’Asie a décidé de relever.

Des inégalités persistantes dans l’accès à l’éducation

Etre une fille et pauvre en Asie du Sud-est, c’est subir une double épreuve. En effet, dans des pays dans lesquels les pratiques traditionnelles, les normes sociales et culturelles sont souvent défavorables pour les filles, celles-ci, surtout lorsqu’elles sont issues de milieux défavorisés ou ruraux, ont bien plus de risques d’être déscolarisées que les garçons. C’est pourquoi, dans nos 4 pays d’intervention, les équipes d’Enfants d’Asie mettent en place des programmes spécifiques pour aider les filles à devenir autonome et à s’accomplir dans leur vie personnelle et professionnelle.

Sollicitées pour accomplir des travaux domestiques ou pour s’occuper des frères et sœurs, le temps dont les filles disposent pour étudier s’en trouve considérablement réduit. En finançant des internats pour jeunes filles dans le Delta du Mékong, Enfants d’Asie permet à des jeunes Vietnamiennes issues de zones rurales ou de familles précaires, d’être dégagées des tâches traditionnellement attachées aux filles et de se consacrer totalement à leur scolarité.

L’égalité fille-garçon, un enjeu qui dépasse le seul cadre de l’école

Les statistiques montrent que dans les zones rurales du Laos, 43% des jeunes filles sont mariées avant l’âge de 18 ans. C’est pourquoi, Enfants d’Asie, en collaboration avec une ONG laotienne locale, organise régulièrement pour les élèves des collèges et lycées de la province d’Oudomxay, dans le Nord du Laos, des ateliers de formation à l’égalité filles–garçons. Les jeunes filles sont ainsi mieux armées pour refuser les mariages précoces et les garçons sont amenés à ne plus entretenir et perpétuer ces pratiques illégales.

Les grossesses précoces sont encore un enjeu majeur dans des pays comme le Cambodge. L’association Green Lady Cambodia intervient dans les trois centres gérés directement par Enfants d’Asie, Borey Komar, Borey Niseth et Smong, pour sensibiliser les jeunes filles à la santé sexuelle et reproductive.

Aux Philippines, les jeunes filles sont les premières victimes du harcèlement en ligne ou des violences domestiques. Dans neuf établissement scolaires de l’île de Cebu, Enfants d’Asie mène actuellement une grande campagne d’information en ligne et à travers des affiches et la distribution de prospectus afin les jeunes filles sachent comment réagir si elles se trouvent confronter à ces situations.

Malgré de grandes améliorations ces dernières années, on observe toujours des inégalités entre les filles et les garçons en Asie du Sud-Est, Enfants d’Asie s’engage au quotidien pour essayer de les réduire à travers les nombreux programmes et projets sur le terrain.